COMMUNIQUE DU COLLECTIF CGT LORRAINE DE PSYCHIATRIE

Alors que la folie semble s’emparer de cette élection présidentielle, les questions de santé et plus particulièrement de santé mentale sont complètement absentes des débats de cette campagne.

Le collectif régional psychiatrie Lorrain de la CGT a réuni le 13 avril 2017, des représentants de tous les établissements psychiatriques de la région.

Les représentants des différents établissements font états d’un constat alarmant de la situation de la psychiatrie en Lorraine.

Les lois successives Bachelot et Touraine ont pour finalité la rationalisation financière du patient.

Après avoir fait miroiter une prise en charge en ambulatoire (CMP et Hôpital de jour) pour justifier les fermetures de lits à l’hôpital, l’ARS décide de supprimer ces structures de soins. C’est au final l’usager qui reste au bord du chemin ne trouvant plus d’offre de soin disponible à son problème de santé.

  • Suppression massive de lits et de services

  • Suppression de personnel

  • Déqualification

  • Dégradation des conditions de travail et management agressif

  • Manque de médecins

  • Perte de sens

  • Suicide de soignants

Cet logique financière risque de faire disparaître le secteur de la psychiatrie, alors même que le malaise sociétale lié à la crise voit se multiplier les tentatives de suicides, les bun-out, dépressions …

Alors que de nombreux candidats nous promettent toujours plus de coupes dans les dépenses publiques, l’urgence est de rédiger une grande loi d’orientation sur la psychiatrie qui remette l’humain au cœur des préoccupations.

« On juge du degré de civilisation d’une société à la manière dont elle traite ses fous. »  Lucien BONAFE

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *